Forum consacré à l'univers de Professeur Layton. Vous pouvez vous renseigner sur les jeux, le film, ou même discuter avec des fans ! Vous pouvez également créer et lire des créations littéraires et graphiques ! Bienvenue sur FPL !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
~ Bienvenue sur FPL, Invité ! ~
~ Nous sommes le Lun 25 Juin 2018 ~
~ Aujourd'hui, le forum a 2502 jours, il contient 1930 sujets, 142 catégories/forums et 138886 messages ! Nous sommes 261 membres et le dernier membre enregistré est Nathou ! ~

 

 Chag Sameach kal Pessah !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ace/Maximilien
Nénuphar volant
Mygale dansante
avatar

Masculin Age : 20
Date de naissance : 25/12/1997
Date d'inscription : 23/08/2013
Localisation : Le comité de Salut public.
Emploi/loisirs : Membre du Club des Jacobins.
Humeur : "Il faut rendre toute son autorité à la Convention nationale !"

MessageSujet: Chag Sameach kal Pessah !    Lun 6 Avr 2015 - 6:22



Shalom, Elohim yevarach otha
,
Que la paix soit sur vous, que Dieu vous bénisse.

Nous voici donc au week-end de Pâques. Nous sommes en France, un pays de tradition chrétienne-catholique. La "fille aînée de l'Eglise", selon les mots de Leon XIII. Mais la France n'est pas qu'un pays catholique. Depuis déjà le Moyen-Âge, la France dispose de liens gigantesques avec le judaïsme, si bien que Rachi, grand penseur juif, a lui-même été sujet du Royaume de France. Aujourd'hui, la France est le troisième pays qui, dans le monde, dispose de la communauté juive la plus importante, devant les Etats-Unis et l'Etat d'Israël. Ce sont ces liens millénaires qui, le plus simplement du monde font que, selon la volonté de Dieu Tout-Puissant, je peux être ici, à vous parler, aujourd'hui même, et à vous écrire ces lignes. En ce week-end de Pâque, j'aimerais vous expliquer, vous apprendre, vous dévoiler ce qu'est le Pâque juive, et en quoi elle consiste. J'aimerais vous montrer toute la richesse de cette tradition, fêtée depuis le début de l'Exode, une tradition qui a plus de trois fois mille ans, une tradition ancestrale qui perdure encore aujourd'hui, qui est ancrée dans la Diaspora, et chez les Israéliens. Qu'est-ce donc que la Pâque juive ? Cette fameuse fête de Pessah, en quoi consiste-t-elle ?


I./ Que fête-t-on à Pessah ?


  • Tout part de la Libération des Hébreux du joug égyptien.


    La célébration de la fête de Pessah remonte à l'Exode. Et pour comprendre ce qu'est l'Exode, mes chers amis, nous devons d'abord étudier la situation du peuple hébreu avant celui-ci. Nous sommes au Premier Millénaire avant Jésus-Christ, dans l'Empire égyptien de Ramsès II, dit Ramsès le Grand. Le mode de production de l'époque, ce qui fait que les cités se bâtissent, est l'esclavage. Les esclaves, eux, sont domptés par le coup de bâton, par le fouet. Fiou, file droit, produis, ne t'arrête pas, sers Pharaon et le panthéon des dieux égyptiens ! Le peuple hébreu, descendant du patriarche Abraham, lui, est le principal peuple retenu en esclavage par l'Egypte de Ramsès. Il est historiquement celui grâce auquel les cités égyptiennes peuvent se bâtir, il est l'esclave des Egyptiens, si bien que ceux-ci, craignant la prolifération des Hébreux, font tuer tous les premiers-nés des familles hébraïques.
    Et vint un moment où les Hébreux trouvèrent le Libérateur qu'ils attendaient tant. Dans la chrétienté, on l'appelle Moïse Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse). Il est celui qui libéra, aidé par Dieu, les Hébreux du joug égyptien. Pour libérer ceux-ci, Moïse, Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse) dut bénéficier du soutien divin, cela va de soi, et infligea une série de châtiments très douloureux à l'Egypte de Pharaon, jusqu'à mettre en place une malédiction qui tua tous les premiers-nés d'Egypte ! C'est face à ce fléau que Ramsès accepte finalement de libérer les Hébreux. Moïse, Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse), le soir qui précède celui de la Libération, célèbre pour la première fois Pessah, la Pâque juive, insistant sur le fait que chaque année, les Hébreux, de génération en génération, devront fêter leur libération du joug de Pharaon. Ainsi commence l'Exode du peuple hébreu vers Cannaan, sa terre-promise.
    Historiquement, il n'existe plus aucun doute sur l'existence de Moïse, Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse), et même si des questions demeurent sur l'Exode, celui-ci est globalement admis chez les historiens. Toutefois, au-delà de l'historicité de ces événements, nous devons réfléchir à une interprétation spirituelle de tout cela. Je n'ai pas à la fournir, je vous renvoie aux plus éminents théologiens qui ont parfaitement traités le sujet avant moi. Pour faire simple, l'avis majoritaire et consensuel est que l'Egypte désigne ce qui, en chaque être humain, pousse vers le péché. Cette partie de nous de tentation, qui nous dirige vers l'égoïsme, la colère, l'envie, la jalousie, etc. Et chaque être humain, aidé par Dieu, doit quitter son Egypte - ses Egypte selon les théologiens -, pour errer, longtemps, dans le désert, en souffrant, jusqu'à arriver à Canaan, la terre-promise de chaque être humain, c'est-à-dire jusqu'à s'être accompli en tant qu'homme, non pas tourné vers soi-même, mais tourné vers l'autre, avec humilité, affection et dévouement.

  • L'on débouche alors sur une tradition millénaire qui se base sur des valeurs de partage.


    C'est en effet à partir de là que la fête de Pessah s'ancre dans le temps, et devient une véritable tradition. Avant toute chose, faisons un point, si Dieu le veut, sur les valeurs de Pessah. Ces valeurs sont les valeurs monothéistes, c'est-à-dire les valeurs prônées par le judaïsme, celles du don. Ce que les chrétiens appellent l'amour, c'est-à-dire cette capacité de donner à l'autre, dans le but, non pas de devenir plus grand, mais de rendre l'autre plus imposant, avec la volonté très humble de réunifier l'humanité, de refaire de l'Homme un tout, et non plus un amas d'individus. Toutefois, vous me l'accorderez, pour partager, nous devons d'abord faire un travail sur nous-même, car le partage et le don de soi est extrêmement compliqué en tant que tel. Nous devons apprendre à contrôler qui nous sommes, à chasser de nos êtres les mauvaises intentions, à nous extraire de notre ego, pour aimer l'autre, et l'aimer comme l'on peut aimer chaque être humain, chaque chose que Dieu a faite sur Terre. Si nous devions définir en quelques mots le projet monothéiste, le voici : faire de tous les êtres humains un ensemble un et indivisible, n’œuvrant plus que collectivement, et par désir pur et totalement désintéressé de servir son prochain.
    Pessah est donc la fête où nous nous rappelons cela, et où l'on cherche à faire un travail sur soi-même dans le but d'offrir de soi aux autres. A Pessah, l'on doit travailler sur soi, en se rappelant comment Moïse, Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse), a aidé son peuple à se libérer du joug de Pharaon. Nous devons réfléchir sur cette partie de la Torah, pour faire comme les Hébreux avant nous : nous libérer du joug de notre ego, de notre Satan intérieur. Ainsi, l'on attribue traditionnellement la fête de Pessah à une période de l'année où nous avons à effectuer un travail sur nous quant à un point précis de notre comportement, qui nous a nous-même choqué l'année qui a précédé. Et sur ce point, Dieu nous éprouvera tant qu'il le peut, pour nous amener à le faire disparaître, quitte à passer par des malédictions et un long Exode, dans le but de s'en débarrasser. Pessah est, en fait, la fête juive où l'on travaille sur soi pour se débarrasser de ses défauts, dans le but de s'améliorer.
    J'aimerais désormais, si Dieu le veut, vous donner des exemples concrets de défauts qui peuvent être corrigés à Pessah. Nous en avons tous, au fond, et nous devons tous faire un effort pour les contenir et les exterminer. Les défauts qui sont le plus souvent corrigés, ou en tout cas que l'on cherche le plus souvent à corriger, à Pessah, sont l'égoïsme, le fait d'être colérique, et l'orgueil. Ce qui éloignent les Hommes les uns des autres, au profit des ego, au détriment de notre destin commun à nous autres, êtres humains, reliés par le Ciel. Nous pensons, dans le monothéisme juif, mais aussi chez les chrétiens et les musulmans (chez les musulmans, c'est dans la pensée soufi que l'on retrouve ça), que si nous nous incarnons dans des enveloppes corporelles qui ont des besoins, nous sommes esprit, qui existons à travers Dieu unique. Et en tant que tel, nous sommes des parcelles d'esprit, et nous devons œuvrer, à travers un véritable travail sur soi-même, à redevenir un Esprit, relié à Dieu, pour rétablir l'équilibre naturel des choses, et permettre à Dieu de régner, enfin, sur l'Univers, par l'équilibre ultime de toutes les forces cosmiques. C'est ainsi que nous pensons qu'à Pessah, nous devons planifier, grâce à un accomplissement personnel par rapport aux autres, cette recréation de l'unicité du genre humain.

  • Tradition qui, à travers le temps, évolue, sans toutefois réellement bouger.


    En effet, cette fête a beaucoup bougé dans le temps, sans changer du tout au tout, et en restant intacte aujourd'hui même. Tout d'abord, faisons un point sur l'évolution historique du peuple hébreu. Environ un millénaire avant Jésus-Christ, celui-ci vit en Israël, sa Terre-Promise, divisée en douze tribus. Au Vème siècle avant Jésus-Christ, les Babyloniens envahissent onze des douze tribus d'Israël, détruisant le Temple contenant l'Arche d'Alliance. La tribu restante, la dernière, est la tribu juive, qui refaçonne le Royaume d'Israël, et accueille les esclaves babyloniens après leur libération. Elle fonde alors le Second Temple, et donne définitivement naissance à ce que, aujourd'hui, nous appelons le judaïsme. En l'an 70 après Jésus-Christ, le Royaume d'Israël, sous domination de l'Empire romain, est réduit en cendres, et le Second Temple est définitivement détruit. La plupart des Juifs sont alors forcés de s'exiler partout dans le monde. C'est ce que l'on appelle la Diaspora. Il existe deux grandes catégories de Juifs, aujourd'hui, répartis selon de nouvelles origines géographiques : les Ashkénazes, partis se réfugier en Europe de l'Est, et les Séfarades, partis se réfugier en Espagne et au Portugal, puis au Maghreb après la Reconquista - dont je fais partie. Après la Seconde Guerre mondiale et le Génocide, est fondée, en 1947, l'Etat d'Israël, sur les terres de Palestine, censé être l’État-nation du peuple juif. Je ne me prononcerai pas sur la question, étant très loin d'être sioniste ou pro-israélien de quelque manière que ce soit, mais c'est un fait : une immense majorité de Juifs résident désormais en Israël, qui a une autorité morale et religieuse essentielle en ce qui concerne le culte juif.
    Il est extraordinaire de noter que la fête de Pessah s'est toujours fêtée de la même façon depuis trois millénaires, alors que le peuple juif a autant bougé. C'est aussi une des raisons qui font que Pessah est autant célébrée. C'est une façon de dire que oui, nous existons, oui, nous sommes Juifs, non, nous n'avons pas à baisser la tête, car oui, même si nous sommes en Diaspora, car là est le destin du peuple juif, nous existons et continuerons à exister. C'est ainsi qu'au-delà même du point de vue spirituel que nous devons adopter sur Pessah, nous devons aussi avoir un point de vue communautaire sur cette fête. Un point de vue juif. C'est en cela que j'exècre Israël - en dehors de ce que cet Etat fait subir aux Palestiniens -, car il voudrait être une terre pour les Juifs qui, par définition, ne doivent pas en avoir, et doivent exister à travers ces traditions. Dans les années 1950, le gouvernement israélien a d'ailleurs tenté de changer le sens de la fête de Pessah, mais cela a lamentablement échoué.
    Enfin, il est essentiel de regarder pourquoi nous séparons la Pâque juive de la Pâque chrétienne. Jésus, Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse), peu avant sa mort, célébra son dernier repas de Pâque. Il est bon de rappeler que Jésus était lui-même juif, et lorsqu'il fête Pâque, c'est Pessah que Jésus Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse) célèbre, au côté de ses douze disciples, les Apôtres. C'est ce que l'on appelle la Passion du Christ, crucifié quelques jours plus tard dans la ville même de Jérusalem. Ainsi, lorsque les chrétiens fêtent Pâque, ils fêtent la Résurrection du Christ, Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse), quelques jours après sa crucifixion, alors que les juifs continuent de célébrer la fête originale. Ainsi, la différence repose sur le fait que dans un cas, nous célébrons une fête millénaire, tandis que dans l'autre, nous célébrons la Résurrection, à quelques jours de décalage, du messie néo-testamentaire, Natreih Raḥamana u-varkhei (que Dieu le bénisse).



II./ Comment se déroule la fête de Pessah ?


  • Pessah se compose d'une semaine entière.

    En effet, la Pâque juive s'étale sur une semaine entière. En cette année 2015 du calendrier grégorien (5776 du calendrier juif), Pessah s'étend du trois au onze avril, semaine qui commence par les premières célébrations. La famille réunie, nous devons laisser les femmes allumer les bougies, pour commencer le Sabbat. Nous devons alors réaliser de nombreuses prières, que nous faisons la plupart du temps avec les Psaumes du Roi David. A partir de ce moment-là, le fait de manger du pain, ou tout élément contenant de l'amidon, est interdit, en souvenir des souffrances que les Egyptiens ont fait endurer aux Hébreux.
    Commence ensuite le repas de Pâque en lui-même. Durant celui-ci, les éléments à base d'amidon nous étant interdits, nous mangeons des galettes, la plupart du temps faites à base de riz. Des séries de rites ont alors lieu, dans le but de commémorer la souffrance des Hébreux, mais aussi de célébrer leur départ de l'Egypte et la Libération du peuple dans son ensemble. Nous multiplions les prières en hébreu et les bénédictions, nous buvons le vin à la mode romaine, cassons la matzot, puis... nous mangeons ! Alors là je vous cache pas que les repas étant la plupart du temps préparés par les grands-mères, on se régale, et on mange beaucoup ! Notamment des plats maghrébins, pour ma part, ce sont des plats tunisiens, la plupart du temps. C'est vraiment quelque chose.
    La semaine qui suit, donc, nous continuons ces rituels. Nous devons donc chercher à corriger nos défauts que nous considérons comme les plus graves, comme je l'ai déjà précisé. Nous avons des jours fériés, nous avons des études approfondies de la Torah, qui se concentrent notamment sur les passages relatifs à Pâque, des offices de prières supplémentaires, une récitation de bénédictions de bon matin, des bénédictions supplémentaires relatives aux bénédictions habituellement formulées, des rendez-vous réguliers à la Synagogue, etc. Enfin, nous lisons le Cantique des Cantiques en louange à Dieu.

  • Cette semaine se clôt par la dernière soirée de Pâque.

    La dernière soirée de Pâque est en effet considérée comme une des plus importantes, si ce n'est la plus importante. Cependant, elle n'est pas souvent considérée comme tel. L'on doit cela au fait qu'il s'agit davantage d'une soirée de célébration qu'une soirée de réjouissance comme celle du début de la Pessah, à vrai dire. L'on n'y mange moins, et l'on se concentre davantage sur un point de vue purement spirituel, en cherchant à faire le point collectivement, la plupart du temps en famille, sur ce que nous avons réalisé, en terme de travail sur nous-même, au cours de la semaine de Pâque.
    Cette soirée est dite Shevi'i shel Pessa'h. Ce jour-là, c'est l'ouverture de la Mer Rouge devant le peuple hébreu que nous commémorons. L'on se réunit à nouveau en famille, pour y re-boire le vin à la mode romaine comme lors du premier jour de la Pâque. Nous jeûnons ce soir-là, et au lieu d'être dans une ambiance de fête, nous sommes plutôt censés méditer. Il convient d'ailleurs de veiller ce soir-là, notamment en se concentrant sur l'étude approfondie de la Torah.
    Néanmoins, cette application de la fête de Pâque a surtout lieu dans les traditions rabbiniques, mais il existe des versions non-rabbiniques. Je ne les connais pas parfaitement, mais je sais qu'il existe le samaritanisme, qui offre un plus grand rôle aux sacrifices, notamment celui de l'agneau, et le karaïsme, qui ne considère pas la semaine de Pessah comme une semaine unie, et voit surtout dans la fête les premier et dernier jours.

  • Cette fête selon mon ressenti personnel.

    Enfin, je trouve qu'il est important de vous faire part de mon point de vue personnel et de mon vécu quant à cette fête. J'avais deux ans à ma première Pâque, mais la première fête dont je me souvienne, j'avais huit ans. Nous étions réunis avec toute ma famille paternelle, et je me souviens que tous les adultes nous avaient laissés, mon frère, ma cousine et moi, dans une petite chambre isolée. Et je me souviens qu'avec ma cousine, on essayait de recréer la cérémonie de la première soirée, haha !
    Mais au-delà de cette première expérience, je tenais à vous faire part de l'ambiance de la fête en elle-même. La plupart du temps, elle est extrêmement détendue et très légère. A part l'an dernier, où mes positions anti-sionistes n'ont pas fait l'unanimité, j'y ai toujours assisté avec beaucoup de plaisir, à vrai dire. La famille entière ne se prend pas trop au sérieux, et l'on sent vraiment que c'est avant toute chose une occasion de se retrouver pour échanger, rigoler, et se détendre un petit peu, tout en n'oubliant pas qui nous sommes et, évidemment, ce pourquoi nous sommes réunis. Nous récitons les kaddish avec le plus de ferveur possible, et nous essayons de nous améliorer collectivement, tous ensemble. Selon certaines traditions rabbiniques, il y a même un rituel de fin de soirée lors de la première soirée de Pessah, où, dans une ambiance conviviale et très bon-enfant, le benjamin de la table doit retrouver un œuf, caché par la personne la plus âgée du groupe - d'où, certainement, la tradition chrétienne de la chasse aux œufs au moment de Pâque.
    Et cette fois-ci, à Pessah, que vais-je faire, très personnellement ? Ce que l'on doit faire pour s'améliorer à Pessah est censé rester purement personnel, et l'on n'est pas censé en parler ou l'évoquer, d'autant plus que cet article a aussi une valeur universelle... donc je ne dirai rien ! Mais je sais très individuellement ce que je veux en général dans ma vie, à l'heure où je vous parle !



J'espère que cet article aura pu répondre à toutes les questions que vous vous posiez ou pas sur la Pâque juive, et qu'il aura pu, en tout cas, vous offrir une autre vision de cette fête, qui a grandement inspiré la tradition chrétienne de Pâque ! N'hésitez pas à poser vos questions ou à en rajouter si vous y tenez, ce serait avec une immense joie que je vous y répondrais !
Par ailleurs, je crois que Edoline m'a dit qu'elle désirait faire un topic similaire sur la Pâque chrétienne, catholique en tout cas, et j'espère que le sien complètera celui-ci ! =)

Chag Sameach,
De très joyeuses fêtes,
Shalom, Elohim yevarach otha,
Que la paix soit sur vous, que Dieu vous bénisse.

__________________________________________________________________________________


"Rien n'est juste que ce qui est honnête ; rien n'est utile que ce qui est juste", Maximilien de Robespierre.
Voir le profil de l'utilisateur
Edoline
Maîtresse du Graphisme
biz.edoline.

avatar

Féminin Age : 18
Date de naissance : 26/01/2000
Date d'inscription : 08/07/2014
Localisation : derrière gimp
Emploi/loisirs : surement m'asseoir sur le respect
Humeur : those damn kids

MessageSujet: Re: Chag Sameach kal Pessah !    Lun 6 Avr 2015 - 15:14

Très intéressant! Dans le fond, on retrouve le même principe dans toutes les religions! Merci bien, c'était intéressant, Max'!

Maximililililienlien a écrit:
Par ailleurs, je crois que Edoline m'a dit qu'elle désirait faire un topic similaire sur la Pâque chrétienne, catholique en tout cas, et j'espère que le sien complètera celui-ci ! =)
Ha oui surement oui, dans la semaine a venir! :') Ou prochaine, nous verrons bien.

__________________________________________________________________________________


I saw my life in a stranger's face, and it was mine
check that bro:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Ace/Maximilien
Nénuphar volant
Mygale dansante
avatar

Masculin Age : 20
Date de naissance : 25/12/1997
Date d'inscription : 23/08/2013
Localisation : Le comité de Salut public.
Emploi/loisirs : Membre du Club des Jacobins.
Humeur : "Il faut rendre toute son autorité à la Convention nationale !"

MessageSujet: Re: Chag Sameach kal Pessah !    Lun 6 Avr 2015 - 15:17

Edoline a écrit:
Très intéressant! Dans le fond, on retrouve le même principe dans toutes les religions! Merci bien, c'était intéressant, Max'!

Merci beaucoup ! Mais oui, exactement, toutes les religions monothéistes abrahamiques se basent sur le même principe, et chez les musulmans comme chez les juifs et les chrétiens, l'on retrouve le même objectif final, les mêmes valeurs, ce qu'en philosophie l'on appelle un système de valeurs, quoi. =)

Merci encore, et si vous avez des questions, n'hésitez surtout pas !

__________________________________________________________________________________


"Rien n'est juste que ce qui est honnête ; rien n'est utile que ce qui est juste", Maximilien de Robespierre.
Voir le profil de l'utilisateur
Billy/Nicolas
Roi des Coins Coins
avatar

Masculin Age : 18
Date de naissance : 05/03/2000
Date d'inscription : 18/07/2013
Localisation : Too far away ...
Emploi/loisirs : Prépare secrètement un coup d'Etat visant à met en place la Monarchie des Coins Coins. :3
Humeur : "They're haunting my dreams, they're still there when I sleep !"

MessageSujet: Re: Chag Sameach kal Pessah !    Lun 6 Avr 2015 - 19:10

Ace/Maximilien a écrit:
Merci encore, et si vous avez des questions, n'hésitez surtout pas !
on bèz ?

Nan plus sérieusement c'était très intéressant, c'est toujours bon d'avoir un peu de culture dans ce domaine Smile

__________________________________________________________________________________



Yay !:
 


Anciennement Bilitheboy
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/Bilitheboy
Ace/Maximilien
Nénuphar volant
Mygale dansante
avatar

Masculin Age : 20
Date de naissance : 25/12/1997
Date d'inscription : 23/08/2013
Localisation : Le comité de Salut public.
Emploi/loisirs : Membre du Club des Jacobins.
Humeur : "Il faut rendre toute son autorité à la Convention nationale !"

MessageSujet: Re: Chag Sameach kal Pessah !    Lun 6 Avr 2015 - 19:21

Merci beaucoup Nicolas ! =)

__________________________________________________________________________________


"Rien n'est juste que ce qui est honnête ; rien n'est utile que ce qui est juste", Maximilien de Robespierre.
Voir le profil de l'utilisateur
Eucalie
Apprentie Graphiste
~Magnolia Rêveuse~
avatar

Féminin Age : 17
Date de naissance : 03/01/2001
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : Chez toi.
Emploi/loisirs : Bruh
Humeur : J'suis tombée love d'un caillou

MessageSujet: Re: Chag Sameach kal Pessah !    Lun 6 Avr 2015 - 20:53

Wow ! Déjà bravo, c'est super bien détaillé ! 
Ensuite j'ai appris beaucoup de choses, alors merci, c'était passionnant ! ^^

__________________________________________________________________________________


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chag Sameach kal Pessah !    

 

Chag Sameach kal Pessah !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Professeur Layton :: Général :: Défouloir-