Forum consacré à l'univers de Professeur Layton. Vous pouvez vous renseigner sur les jeux, le film, ou même discuter avec des fans ! Vous pouvez également créer et lire des créations littéraires et graphiques ! Bienvenue sur FPL !
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 [Intrigue N°1] La Bataille des quatre armées

Aller en bas 
AuteurMessage
Plagoscur
Lame Administrator ~ High Inquisitor of the Dark Law
Plagoscur

Masculin Age : 23
Messages : 3961
Date de naissance : 20/08/1996
Date d'inscription : 22/01/2012
Localisation : AIAIAIAI
Emploi/loisirs : Mon nom est Ozymandias
Humeur : [la danse des trois brain cells]

[Intrigue N°1] La Bataille des quatre armées Empty
MessageSujet: [Intrigue N°1] La Bataille des quatre armées   [Intrigue N°1] La Bataille des quatre armées EmptyLun 11 Mai 2015 - 0:07

Prologue

La nuit était tombée sur Labyrinthia. La septième nuit qu'avait connue la cité depuis le bouleversement majeur qu'elle avait subi. Alors que ses habitants s'apprêtaient à connaître une tranquillité bien méritée, du jour au lendemain, elle était devenue la capitale d'Illusion, le centre où convergeaient désormais nombre de ses nouveaux habitants.
Dans la clarté obscure de la Lune, se découpait la silhouette lugubre d'une immense éminence, flanquée d'une multitude de tourelles. Jadis, cette tour qui déchirait le ciel nocturne suscitait le mystère, voire parfois l'angoisse, auprès de ceux qui l'apercevaient. Désormais, elle aurait dû être le symbole de la réunion entre les habitants de la ville. Toutefois, le cours des événements en avait décidé autrement. Elle semblait plutôt bien morne, à présent.
Morne, c'était aussi le cas de l'homme debout en son sommet. Au travers de l'œil unique que laissait apercevoir son masque, on lisait une profonde lassitude, comme le regret de voir l'ouvrage qu'il avait passé tant de temps à bâtir être peu à peu gangréné par des parasites qui n'avaient rien à y faire. Il était fatigué, il avait espéré connaître le sort paisible qu'aurait dû mériter un homme qui voyait ses vieux jours arriver peu à peu. Il était sorti de l'hôpital quelques mois plus tôt, et voir sa cité transformée de la sorte était éprouvant pour lui.
Mais au fond, ce qui le désolait le plus, c'est qu'il avait souhaité que les retrouvailles avec sa fille et celle de son ancien meilleur ami marquerait un nouveau tournant pour lui, pour elles, pour toute la ville. Il avait souhaité que la paix puisse s'installer entre les habitants.
Cependant, ces deux-là n'en avaient pas tenu compte. Ils n'avaient fait qu'instiller le chaos dans cette ville. Il ne parvenait même pas à déterminer s'ils l'avaient fait sciemment ou non. C'était peut-être là l'une des choses qui l'exaspéraient le plus.
Lui, le Narrateur, avait fini par perdre le contrôle de l'histoire de la ville qu'il pouvait contempler au travers de sa fenêtre.
 
Toutefois, une voix féminine vint l'extraire de ses pensées. Une voix qui, elle aussi, laissait transparaître une certaine lassitude.
 
"Roman ?"
 
L'homme aux cheveux blancs se retourna lentement, dardant son regard perçant dans la pénombre.
 
"Bonsoir, Eva." se contenta-t-il de répondre.
 
Dans la lueur vacillante des chandeliers accrochés aux parois de la pièce, se tenait une jeune femme à la chevelure violette. Elle était vêtue d'un uniforme de couleur pourpre, rehaussé d'une cape d'un rouge sombre, dont les épaulettes semblaient ternes dans l'éclairage.
Elle aussi, semblait harassée par la fatigue. Sous ses yeux se creusaient des cernes naissantes, signe des mauvaises nuits qu'elle avait passées, dernièrement.
"Comme nous tous, ces derniers temps…" songea-t-il avec amertume.
 
Toutefois, il y avait quelque chose d'anormal dans le regard de la Grande Inquisitrice. Elle restait immobile, le regard perdu dans le vague. Ca ne lui ressemblait pas.
 
"Eva ? pressa-t-il, se voyant qu'elle restait silencieuse. Tu es venue me faire ton rapport, n'est-ce pas ?
- Oui.
- Alors ? Y a-t-il eu du nouveau ?"
 
Elle ne répondit pas.
L'inquiétude commençait à gagner son interlocuteur. Ca ne lui ressemblait pas de se comporter ainsi.
 
"Eva, qu'y a-t-il ?
- J'ai envoyé William dans le secteur Nord-Est, ce matin, déclara-t-elle subitement.
- Celui où des incidents se sont déclarés récemment ?
- Ca continue."
 
Un nouveau silence passa, au cours duquel le Narrateur resta songeur. Il allait relancer l'inquisitrice, mais celle-ci reprit brusquement la parole, ne pouvant plus tenir :
 
"Il y a eu des affrontements, Roman. Pour la première fois, nos chevaliers ont dû charger pour dissiper un attroupement... Pire encore, ils ont été forcés de prendre les armes pour se défendre, contre une bande de… Je ne saurai même pas le dire. Ils ne venaient pas de notre monde."
 
Sa voix trembla lorsqu'elle poursuivit son récit :
 
"Mais ils n'étaient qu'une poignée… Nous ne sommes pas une véritable milice, tu le sais bien, Roman... Jamais nous n'aurions pensé devoir agir de la sorte, et nous n'étions pas assez bien préparés. Pourtant… Pourtant certains de nos hommes ont été pris dans un combat, et…"

Elle s'interrompit un instant, puis avoua :
 
"Et l'un d'entre eux est mort."
 
La lumière des chandeliers était trop faible pour qu'on puisse distinguer nettement son visage. Toutefois, n'importe qui aurait pu apercevoir le reflet brillant des gouttes qui roulaient sur son visage.
 
"L'un des habitants de cette ville, l'un de nos camarades, que nous connaissons depuis dix ans, est mort."
 
Elle n'avait pas besoin d'en dire plus. Son père adoptif s'avança vers elle, et tous deux s'étreignirent sans dire un mot.
Ils en avaient déjà trop discuté les jours précédents. À présent, tout ce qu'ils avaient craint depuis la création de ce monde avait fini par devenir réalité.
 
Il est impossible combien de temps cela dura, mais lorsqu'ils se relâchèrent enfin, le regard du Narrateur était empli d'un mélange de rage et de désarroi. Néanmoins, il parvint à garder sa contenance, et déclara d'une voix grave :
 
"Ca ne peut plus continuer. Nous ne pouvons pas gérer ça seuls. Je pense que demain, une discussion s'imposera.
- Demain ?" demanda Eva d'une voix toujours étranglée par l'émotion, mais néanmoins avec une certaine suspicion.
 
Roman soupira, et son regard se fit dur.
 
"J'ai été contacté, aujourd'hui. Par eux."
 
À ces mots, l'inquisitrice se raidit. Elle dut lutter pour éviter de cracher sa haine, mais ses poings se crispèrent malgré tout, et elle serra les dents.
C'était par leur égoïsme, que Labyrinthia avaient été arrachée à la vie tranquille qui lui avait été promise.
 
"Peut-on savoir ce qu'ils t'ont dit ?
- Apparemment, ils ont prévu de s'adresser au peuple, demain. Pas seulement à celui de Labyrinthia, mais celui à tous les habitants de ce monde. Ils veulent se montrer à eux, sans doute pour la première et la dernière fois, de ce qu'ils m'ont dit.
- Pour la première et dernière fois ? Qu'est-ce qu'il ne faut pas croire venant de ceux qui sont responsables de nos malheurs…
- Je le sais bien. Mais nous n'avons pas le choix, je le crains. Toujours est-il que la diffusion aura lieu depuis ma propre tour, et que j'aurai ainsi l'occasion de les rencontrer tous les deux. Je compte leur parler de tous ces maux qui nous frappent depuis peu, et il est dans leur intérêt de nous écouter. Après tout, ce problème est aussi le leur, ils devraient le savoir."
 
Tout du moins, c'était l'espoir fragile auquel il pouvait encore s'accrocher.
 
"Mais pour l'heure, continua-t-il, il va nous falloir assurer notre sécurité par nous-mêmes. En particulier, demain, j'aimerais que la tour soit sécurisée au maximum, pour éviter le moindre incident.
Dis également à William de mobiliser un maximum d'hommes dans la cité. Nous avons besoin de plus d'effectifs. C'est bien clair ?
- Oui, j'imagine que nous n'avons pas le choix." répondit l'inquisitrice en hochant la tête, toutefois peu convaincue.
 
À ses yeux, la ville qu'ils avaient connue et commencé à aimer n'était déjà plus, et jamais elle ne pourrait retrouver la paix d'antan. Dans un monde comme celui d'Illusion, qui pouvait espérer que ce fût le cas ?
 
"Bien, tu peux aller te reposer, dans ce cas. La journée sera dure, demain."
 
Puis, en voyant la mine toujours aussi atterrée de la jeune femme, Roman ajouta :
 
"Essaye de ne pas y songer, Eva. Je sais que c'est difficile, mais nous ne pouvons pas nous permettre de désespérer maintenant. Tout ce que nous pouvons faire pour le moment, c'est espérer que cette entrevue demain puisse amorcer la fin de nos problèmes, d'une manière ou d'une autre…"
 
Amorcer la fin de nos problèmes ? Au vu des conditions que leur avaient imposées leurs nouveaux seigneurs et maîtres, qui pourrait être assez naïf pour le croire ? C'était ce à quoi songeait la jeune inquisitrice en sortant de la salle. Elle s'arrêta alors devant la fenêtre située en face de la porte, pour contempler le paysage nocturne.
Le Narrateur omettait un élément important. Ils n'étaient pas seuls, dans ce monde. Non, en effet, l'immensité bleue que représentait la Terre en contrebas de l'éminence sur laquelle ils se tenaient tous leur prouvait le contraire. De plus, qui pouvait savoir quels lieux inimaginables se trouvaient au bout de ces ponts, dont la silhouette formait une toile inquiétante, dans la lumière de la lune ?
 
Non, définitivement, elle ne pouvait pas croire que le lendemain marque la fin de leurs problèmes.

__________________________________________________________________________________


BRAVE SHINE
Revenir en haut Aller en bas
 
[Intrigue N°1] La Bataille des quatre armées
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Professeur Layton :: Archives du RP :: Intrigues-
Sauter vers: